Bienvenue à La Couture-Boussey

Les rues et quartiers de notre village

 

Voici quelques explications concernant les autres rues de notre commune que nous empruntons chaque jour mais dont certains d'entre nous ignorent peut-être la signification de leur nom, ceci peut intéresser également les nouveaux habitants.

 

RESIDENCE DU BOIS FLEURI : Résidence très boisée dans un cadre préservé mais un peu excentrée, celle-ci a été créée à partir de 1967. Elle débouche sur la rue de Saint-André et comporte, à ce jour, 49 pavillons.

LES ROUSSIERES : C'est un lotissement de 39 pavillons créé en 1976 qui aboutit sur la route d'Ezy. Les Roussières seraient construites sur un ancien lieu-dit figurant au cadastre et intitulé « les Rousseaux ». Il semblerait que les terres des Rousseaux appartenaient à une famille qui portait ce nom et qui vivait à La Couture, à l'époque de la Révolution et antérieurement. Cette famille serait devenue propriétaire de ces terrains vendus en 1792 comme biens nationaux après avoir été confisqués à l'Abbaye d'Ivry, qui en avait alors la possession. Les 2 voies intérieures de ce lotissement ont été dénommées rue Pierre Miguet et Jean Michel Hérault. Le lotissement des Roussières a été le premier quartier neuf important dans la commune, la municipalité de cette époque a donc cru bon d'y associer les noms de 2 jeunes résistants fusillés le 21 août 1944, à l'entrée de la commune, route d'Ivry, près du château d'eau et dont une modeste pierre rappelle ce sacrifice. Quelle louable décision !!

HAMEAU DE LA FORET : C'est un lotissement de 10 pavillons créé en 1975 qui aboutit sur le chemin d'Anet. C'est le lotisseur qui a donné ce nom lors de la demande d'autorisation de création. Ce lotissement ayant une voie unique, la municipalité n'a pas jugé utile de donner un nom à cette rue sans issue.

RESIDENCE HENRI IV : C'est un lotissement de 22 pavillons créé en 1980 et qui est situé entre la route de Saint-André et le chemin de Boussey. C'est également le lotisseur qui a proposé cette dénomination et ce, en souvenir de la célèbre bataille dite d'Ivry qui s'est livrée, en réalité, le 14 mars 1490 sur la vaste plaine des paroisses de Serez, Epieds, Foucrainville, Boussey, en particulier. Le choc des armées du Roi et de Mayenne durent avoir quelque écho sur les terres de La Couture. En ce temps de la construction, il n'avait pas paru nécessaire de donner un nom aux 2 voies qui desservaient cette résidence. Mais devant les difficultés rencontrées par les facteurs, les livreurs et les visiteurs mais surtout par les pompiers lors de leurs différentes interventions, la municipalité actuelle a décidé de bien indiquer les numéros de cette Résidence par des pancartes bien distinctes.

RESIDENCE DES PINS : Lotissement de 20 lots créé en 1979 qui aboutit sur l'allée des promenades (elle même située entre la route de Saint-André et la route de Nonancourt dans la direction de La Houssaye de Mouettes). Le terrain sur lequel est bâtie cette résidence a été planté il y a environ 150 ans de pins qui donnaient ce caractère si particulier à cette partie de la forêt. Malheureusement depuis la tempête de décembre 1999, une partie de la forêt a été dévastée et beaucoup de ces pins ont disparu du paysage. Quel dommage !! Dame nature n'est pas facile à contrôler. Les 3 voies intérieures ont été dénommées ‘rue des Bruyères’, ‘rue des Clochettes’ et ‘rue des Fougères’ afin de tenir compte de la nature de la végétation, du sous-bois et lui conserver ainsi son caractère à la fois forestier et végétal. Monsieur POILVERT faisait ainsi un clin d'œil aux écologistes.

DOMAINE DU HAUT BOIS : Ce lotissement de 84 logements (créé en 1978 et 1979) est également situé en plein cadre forestier, d’où sa dénomination. Le mot « Hautbois » autrement orthographié désigne également l'un des instruments à vent fabriqué depuis fort longtemps dans la commune par les Ets Marigaux.

Chacun des collectifs locatifs a reçu le nom d'un oiseau de ce lieu : le Bouvreuil et le Pinson.

La voie d'accès au sortir de la rue de la croix-Jérôme pour rejoindre le chemin de Malassis qui passe devant la station d'épuration porte le nom d'allée du bois.

La voie centrale intérieure au lotissement qui aboutit à la route de Nonancourt, à cause des arbres du secteur, s'appelle allée des Chênes.

Des pavillons locatifs sont édifiés de part et d'autre d'une place dénommée place des 4 saisons.

La voie qui dessert les pavillons qui étaient en accès à la propriété porte le nom de Renardière.

Les 2 autres voies qui aboutissent sur l'allée des chênes sont dénommées rue de la Biche et rue de l'Ecureuil.

La voie qui relie la route de Saint-André à la route de Nonancourt porte le nom d’allée des promenades.

La voie piétonne qui relie l'allée des Chênes à l'allée des Promenades se nomme allée des Primevères.

Le chemin qui relie l'allée des Promenades à l'allée du Bois et mettant en communication la Résidence des Pins et le domaine du Haut-Bois, a conservé le nom par lequel il était désigné par les anciens : ‘chemin de la Messe’. En effet ce chemin était emprunté après que l’église de Boussey fut fermée sous le Consulat par les habitants de cette paroisse pour venir à l'église de La Couture. Il leur suffisait d'emprunter cette voie, puis la rue de la Croix Jérôme et enfin la rue Jérôme Thibouville pour aboutir directement à l'église de La Couture qui était alors située à l'emplacement du monument aux morts actuel près du bureau de poste.

Certaines rues désignent tout simplement une direction : rue d'Ivry, rue de Saint-André, rue d'Ezy, rue d'Anet, chemin de Boussey, rue de Serez, rue de Nonancourt, rue de la Houssaye, chemin de Garennes. Pourquoi chercher un nom plus compliqué ? Ce sont certainement les rues les plus faciles à trouver.

Rue Grande : C'est pourtant une rue très étroite mais c'est la rue centrale du village.

Rue du puits : porte ce nom car elle aboutit au puits qui existait jadis au carrefour de cette voie avec la rue Grande et la rue de la Fontaine.

Rue de la Fontaine : Elle relie la place du Puits à la rue d'Ezy et à la rue d'Anet. Elle porte ce nom à cause d'une source qui existait jadis dans un terrain boisé qui est à présent construit et où il était possible de s'approvisionner en eau.

Rue Pinard (de la rue de Nonancourt à la rue d'Ezy) et impasse Pinard (dans le prolongement de la rue du Puits) : Il n'y a malheureusement pas de traces dans les archives communales en ce qui concerne l'origine du nom de ces rues. On peut penser qu'il y avait des vignes d'implantées dans ces endroits....

Rue Neuve : Entre la rue de Saint-André et la route de Nonancourt. Elle a conservé son appellation d'origine dont on ignore exactement l'origine.

Rue de la Sablière : Entre la rue Neuve et la route de Serez. Elle porte ce nom en raison de son origine de voie qui conduit à la Sablière devenue à présent le point où se déversent la majorité des eaux pluviales de la commune.

Rue Constant Barrioz : C'est la rue centrale du lotissement de la sablière. Elle porte le nom d'un ancien commerçant de la commune qui tenait le café de la poste. Déporté sans motif apparent, il connut les camps de concentration et fût affreusement marqué par ce séjour. Il mourut peu après sa libération.

Place de l'Harmonie : Elle jouxte la cour de l'école primaire et doit son nom en souvenir de la Société de Musique disparue et en raison de sa proximité du musée.

Place de la victoire : Nom donné en 1919 à cette place qui a été appelée successivement place du marché puis place de la Poste où fut célébrée la fête nationale du 14 juillet 1919, ou Fête de la Victoire ; elle fut choisie l’année suivante pour y ériger le monument aux morts.

Rue Jérôme Thibouville : Relie la rue de la Croix Jérôme à la rue Grande. Elle porte le nom d'un fabricant d'instruments de musique qui favorisa énormément l'exportation des instruments. Il fut un bienfaiteur de la commune en lui offrant notamment son premier service de distribution d'eau. Il offrit également, en 1876, l'horloge qui se trouvait dans la tour du clocher de l'Eglise et qui est à présent exposée à droite en entrant dans l'Eglise.

Rue de La Croix-Jérôme : Pas de trace de l'origine de ce nom

Rue du Chartry : Nom donné en 1845. Elle passe devant l’ancien arsenal faisait autrefois partie d’une cour de dite ferme du Chartry. Les donateurs firent obligation à la commune de la dénommer rue du Chartry. Elle était destinée à être empruntée par les processions au sortir de l'Eglise, située à l’emplacement du monument aux morts.

Rue de l'Obélisque : En direction d’Epieds, elle passe devant l'Obélisque ou pyramide rappelant le lieu où le roi Henri IV se serait reposé après la bataille d’Ivry.

Allée du Parc : Part du rondpoint et aboutit à l'entrée de Boussey au carrefour de la rue de Villeneuve.

Impasse du stade : Comporte 4 pavillons et aboutit à la rue de Garennes pratiquement en face du stade. Rue de Garennes : Est situé entre la rue d'Ivry et la commune de Garenne.

Rue Georges Leblanc : Va de la rue de Saint-André à la rue Neuve. Georges Leblanc étai un fabricant d’instruments de musique qui a consacré toute sa vie à l’amélioration de la production d’instruments de qualité, au développement de la musique, chef de l'Harmonie locale pendant de nombreuses années. Monsieur Leblanc a permis à cette harmonie d’accéder à un haut niveau et de remporter de très importants concours. Son épouse et son fils, en sa mémoire, firent don à la commune de l'immeuble où se situe la pharmacie après l'avoir totalement rénovée. Cette dernière a été bien entendu relookée il y a peu de temps. Monsieur Léon Leblanc a fait don également de cette très belle maison de maître où se situe l'Ecole de musique qui porte son nom.

Rue Hotteterre : Borde la friche communale et porte le nom de Jacques Hotteterre dit le Romain, un flûtiste de talent à la musique du Roi Soleil, instrumentiste, facteur d’instruments de musique, compositeur de musique, ayant écrit un traité sur la flûte à bec et la flûte traversière faisant toujours autorité. Il apparaît comme celui qui a su initier les tourneurs locaux à la fabrication d’instruments à vent dans la commune ou pour le moins orienter leur production rudimentaire vers la production d’instruments adaptés à ces musiques. S’il en est ainsi, la commune lui doit près de 3 siècles de son histoire artisanale et de sa réputation mondiale dans la production des instruments à vent.

NOUVELLES RESIDENCES : Toutes ces nouvelles résidences portent un nom ayant trait à la musique.

Lully : Résidence qui aboutit sur la rue de Serez et qui jouxte la Résidence « les Rives d'or ». Cette résidence comporte 17 pavillons.

La Lyre : Cette résidence de 23 pavillons est située entre le rue de Serez et la rue Neuve.

Mozart : Elle se situe dans le bas de la rue d'Anet (près de la rue de Nonancourt.

Les Luthiers : Elle se situe dans le haut de la rue d'Anet.

BOUSSEY

Place Sainte-Opportune : Sainte Opportune était la patronne de l'Eglise de Boussey. Sa statue classée monument historique se trouve dans l'Eglise de La couture-Boussey.

Rue des Masures : Le mot masures étant employé au sens normand du terme terrain clos planté de pommiers au centre duquel se trouve une maison, autrefois une chaumière.

Rue de l'Eglise : Pour rappeler que l'église se situait à une certaine distance du village même. Rue du champ de bataille : Elle se dirige vers la vaste plaine où se livra le 14 Mars 1590 la bataille d'Ivry, champ de bataille que vint visiter Napoléon Bonaparte le 7 brumaire XI alors qu'il était Premier Consul.

Rue des Pastouriaux : Elle aboutit à la route de Saint-André. Son nom rappelle que l'élevage des moutons était pratiqué et qu'il existait des bergers que l'on désignait sous le nom poétique du « pasteur de bestes à laine ».

Rue de la Mare Perlan : Elle rappelle l’existence d'une mare comblée sans doute à tort puisqu'il s'est révélé bien utile de creuser, à son ancien emplacement, pour éviter l'inondation de terrains situés dans le secteur.

Sente des Rouettiers : Ce nom pour témoigner de cette profession artisanale existant vers 1650, le rouet étant utilisé pour filer la laine de ces moutons que gardaient les pastouriaux.

Rue de la Tuilerie : Va de la rue des Masures jusqu'à la route de Saint-André. Rappelle l'importante production de tuiles et de briques qui permirent de disposer des matériaux pour substituer aux maisons en bauge, les maisons en briques et pour remplacer la couverture de chaume par la couverture de tuiles.

Sente des Tisserands : C'est le témoignage de la présence de nombreux tisserands vers 1700 dans la paroisse.

Impasse du puits banal : Nom donné à la rue où se situait le puits du village de Boussey. Il portait le qualificatif de banal en souvenir des redevances seigneuriales, ou banalités, que les habitants devaient verser à leur seigneur pour puiser de l'eau.

Impasse de la Seigneurie : Voie qui donnait accès à l'ancien château de Boussey que le Comte de Boussey, en 1788, désignait lui-même de maison seigneuriale.

Passage du Chesnard : Il s'agit du nom de la famille noble possédant !e fief de Boussey de 1400 à 1800 environ. Elle joua donc un rôle important dans la vie de la paroisse puis du village avant de tomber en quenouille.

Rue de Villeneuve : Ancienne voie communale VC 15. De nouvelles habitations ont été construites récemment le long de cette voie, c'est la raison pour laquelle la municipalité actuelle a décidé de donner, en avril 2008, un nom à cette rue. Cette dernière étant dans la direction du hameau de Villeneuve, le nom était ainsi facilement trouvé.

© 2016 La Couture Boussey; crédit photos: Jacqueline Surée, Laurence Nicolas, Michel Lami, anonyme